• Sois le bienvenu sur Agorapolis Invité !
    Nous t'invitons à lire le topic "Nous rejoindre" pour savoir comment rejoindre le serveur !

Masha N'Gala Whitelist AgoraPolis

Masha N'Gala

Citoyen d'Altis
Civil
17 Avr. 2018
1
0
1
Nouveau
  • Présentation IRL -
-Age ; 18 Ans
-Lieu de résidence ; France (Bordeaux)
-Comment avez vous connus le serveur ; Par un ami (Kunz)
-Vos loisirs, passions ; Les jeux vidéo , La musique
-Votre expérience du RP ; Je fais du roleplay sur arma 3 depuis longtemps j'ai plus de 1000h dessus, et j'ai plus de 400h sur gta v rp
  • Votre ID Arma : 76561198130530705
  • Présentation RP -
-Nom et Prénom de votre personnage ; Masha N'Gala
-Age de votre personnage ; 23 ans
-Nationalité de votre personnage ; Africain
-Qualités : Masha est Intéligent , il est très drôle et respectueux
-Défauts : curieux, franc
  • Histoire RP - Obligatoire

  • Mon nom est Masha N'Gala. J'ai grandi en Basse Volta, royaume d'Afrique de l'ouest qui depuis n'est plus qu'un souvenir. Je suis le fils de d’Obiako N'Gala, autrefois fier souverain de Basse Volta et de Merveille N'Gala, sa femme. En tant que prince, j'ai reçu la meilleure éducation possible, mes professeurs venaient des quatre coins du monde et étaient choisis avec soin par mon père. Le haoussa, une des langues nationale, particulièrement pratiquée par la classe populaire, le français, la langue que nous parlions au sein de la haute société, également langue nationale, et l'anglais, me furent enseignés. On m’apprit également les mathématiques, l'histoire du royaume, comment diriger une armée et gouverner. Cet enseignement, je le partageais avec mon jeune frère, Victor Abou N'Gala. Nous étions très fusionnels, et dans nos rêveries d'enfants, on se voyait parcourir le monde. Ce fut dans ce cadre que je vécu une enfance des plus douces.



    Cependant, mes yeux d'enfant ne voyaient pas la pauvreté qui tiraillait le pays au-delà du palais. Mon père était un homme bon, il faisait de son mieux pour éradiquer cette pauvreté qu'il trouvait abominable. Il réussit à obtenir des aides humanitaires de pays tels que la France (qui jouait un rôle phare dans le développement du pays depuis plusieurs générations, ce qui expliquait l'amour de ma famille pour ce pays) ou encore la Grande Bretagne. Cependant une partie du royaume voyait d'un mauvais œil l'ouverture de la famille royale sur la culture d'autres pays, et remettait en question la légitimité à gouverner du roi. Avec le temps naquis de cette partie du pays des groupes antiroyalistes qui voulaient renverser le pouvoir et haïssait la famille N'Gala. Ceux-ci devinrent de plus en plus nombreux et de plus en plus violents, ils donnèrent du fil à retordre à l'armée.



    Le jour de mes 13 ans, un coup d'état eu lieu. Les différents groupuscules s'étaient réunis sous une même bannière et se dirigeaient vers le palais en massacrant tout partisans du roi sur leur chemin, et ceux qui ne croyaient pas en leurs doctrine, faisant des milliers de morts. Alors que mon père guidait les armées vers une mort certaine, il nous fit mettre en sécurité, ma mère mon frère mon oncle et moi-même, dans l'arrière-pays. Cependant arrivés en "sécurité", on se rendit compte que ces terres n'étaient plus les nôtres, les citoyens endoctrinés obéissaient à présent au groupe. Nous décidâmes de trouver un bateau et de quitter le pays clandestinement. Sur le point d'embarquer, une milice à la recherche des membres de la royauté nous retrouva. Mon oncle nous cacha dans une soute à bagage mon frère et moi-même. Avant que le bateau parte, nous entendîmes des coups de feu et des cris. Nous étions les derniers N'Gala sur Terre.

    Au bout d'un mois de voyage, le bateau arriva à New York. N'ayant aucune identité ici, nous n'étions pas considérés, nous n'existions pas. C'est pourquoi les hommes qui nous avaient découverts nous traitèrent comme des chiens. Nous devinrent leurs esclaves pendant une année entière, durant laquelle nous travaillâmes comme des chiens sur les docks. Mais un beau jour nous réussirent à nous échapper. A partir de ce jour, nous comprîmes que nous ne pouvions faire confiance qu'à nous même. Je grandis dans les rues, allant de quartier en quartier avec mon frère, vivant de petits délits tel que le vol. Avec l'âge, ne pouvant trouver de travaux légaux, et n'ayant connu que cela depuis notre immigration, nos délits devinrent de plus en plus important, jusqu'à traiter avec les chefs de gangs locaux. Nous commençâmes à nous faire un nom en tant que receleur de voitures volées et contrebandiers. Nous étions appelés "La famille N'Gala". Loin d'êtres des chefs de gangs, nous avions cependant une poignée d'homme à notre solde, qui nous aidait à étendre nos vols. Mais un jour, je fus trahit par ma copine. En effet, à mes heures libres je fréquentais les bars, j'adorais jouer, et plus particulièrement jouer avec le feu. Je pense que c'est pour ça qu'un soir, alcoolisé, j’ai couché avec une fille très séduisante, Anna Marciela. Son nom était connu dans la ville non pas pour ses exploits sexuels, mais pour être la fille de John Marciela, le chef de gang influent de la région, et il en était fou de sa fille. Quand il apprit mon acte, il envoya des hommes pour "venger l'honneur de sa fille" (pourtant elle n'avait en rien l'air d'avoir été bafouée, je suis un prince, moi !) et il tua mes hommes. Nous partîmes dans la nuit avec mon frère, New york n'était plus une ville sûr pour nous désormais.



    Nous partîmes pour le Mexique, ils ne viendraient pas nous chercher là-bas. La situation du Mexique étant particulièrement instable (en 2016), nous espérions en profiter pour retrouver du "travail", et peut être même devenir une figure influente de la ville. Cependant les forces de l’ordre étaient bien plus coriaces qu'à New York, et nous peinèrent à mener à bien nos projets. Un an après notre arrivée, nous n'étions pas devenus influents, au contraire nous n'étions même pas reconnus comme petits voleurs de voiture. Non personne n'avait entendu parler de "La Famille N'Gala", et pour cause nous ne volâmes qu'une dizaine de voiture en un an et les réseaux de contrebande étaient déjà bien trop implantés pour que l'on puisse s'y mêler.



    Il y a 8 mois, nous volâmes avec mon frère une voiture quelque peu spéciale, elle appartenait a un duo de voyous local, nous nous en rendîmes compte quand nous furent poursuivit par son ami dans une autre voiture. Dans cette course poursuite, des balles furent tirés, et un d'entre elles vint percuter un pneu, et mon frère perdit le contrôle du véhicule et nous percutâmes de plein fouets un arbre. L'accident fut tel, que l'on me transporta inconscient à l'hôpital le plus proche. Quant à mon frère... Son âme repose à présent aux côtés de mes ancêtres.

    Mon hospitalisation dura 6 mois. 6 mois durant lesquels je fis une rencontre qui changea ma vision du monde. Un homme du nom de Béne Nialo, originaire de Altis, travaillait justement en intermittence dans cet hôpital. Il connaissait le nom de ma famille, son père était historien, il lui avait parlé de la bonté de mon père et de la destinée tragique des N'Gala. Il me raconta son histoire, aussi déchirante. Les jours passèrent, nous parlions et nous nous rendîmes compte que nos idées étaient les mêmes, et nous voulions tout deux changer le monde et éliminer la misère de celui-ci.



    Quand je sorti de l'hôpital, il m'hébergea chez lui, pour la première fois depuis de longues années, je me sentais en sécurité, et ce pour une bonne raison, le loup solitaire que j'étais avait rencontré un congénère aussi féroce que lui, mais au lieu de s'entre-tuer, nous formions à présent une meute, solidaire et déterminée.